De la Tradition à la Réalité

De la Tradition à la Réalité

Ce message est également disponible en: Anglais, Russe, Espagnol

Le but de Dieu représenté dans la typologie

Même lorsque j’étais jeune, je me souviens de ne pas avoir été attiré par les cérémonies et les rituels de la religion. Je voulais savoir pourquoi nous faisions les choses comme ceci, pourquoi nous pratiquions ce que nous pratiquions. Je n’étais pas satisfait par la réponse qu’on me donnait souvent : « Nous faisons ceci parce que c’est comme cela depuis des années. » Cette réponse me rappela la partie dans « Un violon sur le toit, » dans laquelle Tevye dit, « Vous allez demander comment cette tradition a commencé. Bon, je vous dirai…je ne sais pas ! Mais c’est une tradition ! »

À l’inverse de mes amis et mes connaissances, je n’ai jamais aimé faire comme tout le monde simplement pour faire comme eux. Je me souviens avoir observé mes amis lorsque le moment fut venu pour nous tous de célébrer notre Bar Mitzvah. Je ne pouvais m’empêcher de voir combien de mes amis s’intéressaient plus au montant d’argent qu’ils allaient recevoir qu’à quelque chose par rapport à Dieu. Vers ce moment, je me souviens avoir demandé à quelqu’un pourquoi nous, en tant que garçons juifs, pratiquions cette tradition à l’âge de treize ans. La réponse fut : « C’est une célébration pendant que vous commencez à saisir l’âge adulte. »  J’ai pensé alors : « Dans peu de temps, ne deviendrai-je pas un homme de toute façon ? »

À cette période de mon adolescence, je commençais à parler à Dieu de certaines des pensées et des questions que je me posais. Je me souviens Lui avoir demandé de me guider dans les détails de ma vie. Pourtant, plus tard, je commençais à chercher dans la Bible les réponses à des questions plus profondes, des questions telles que : « Quel est le but et le dessein de Dieu ? » ; « Pourquoi suis-je ici ? » ; « Qu’est-ce que la réalité ? » ; « Qu’est-ce qui se passe après ma mort ? » Plus tard, comme les années passaient, les réponses à ces questions commencèrent à être révélées. Ces réponses me venaient principalement en lisant la Bible, la Parole de Dieu.

Les Saintes Écritures révèlent le but de Dieu complètement et clairement. Elles décrivent en détail comment Dieu suscita la nation d’Israël, la choisit et l’amena de l’esclavage de la tyrannie d’Egypte à travers Moïse, Il les mena à travers la Mer Rouge et le désert. Dans le désert, Dieu prenait soin d’eux chaque jour par Sa provision. Pourtant, Dieu avait un but en appelant la nation d’Israël. Son but était d’établir Son royaume et Sa demeure sur la terre à travers ce peuple qui était racheté par le sang de l’agneau (la Pâque), sauvé à travers l’eau (la Mer Rouge), et nourri dans le désert par la manne (le pain des cieux).

Plus tard, à travers la loi, Dieu révéla quelle sorte de Dieu Il était et ce qu’Il exigeait de Son peuple. En plus, Il leur révéla comment ils devraient bâtir Son habitation, le tabernacle dans le désert. Plus tard, aux jours de Salomon, le temple fut bâti et l’habitation de Dieu devint permanente. Le temple était l’expression de Dieu, Sa maison. De plus, les portes et la ville tout autour du temple étaient Son royaume. La maison de Dieu avait besoin du royaume de Dieu en tant que protection. Cependant, en considérant le passé et comment Dieu menait Son peuple élu et prenait soin d’eux, une question surgit. « Comment est-ce que l’histoire de hier présage la réalité et la révélation d’aujourd’hui ? »

Une des manières principales par laquelle les Écritures illustrent le but de Dieu est à travers la typologie contenue dans la loi (Torah) et les prophètes (Nevi’im). Ces livres illustrent le but de Dieu par l’usage de plusieurs types. Un type est une personne, un endroit, une chose ou un événement dans la Bible qui a un sens symbolique ou allégorique. Le concept des types est crucial pour comprendre la Bible. Sans la compréhension des types, c’est très difficile de voir la révélation qui est dissimulée dans la Parole de Dieu, et la façon dont tout ce qui s’y trouve s’associe pour décrire Son dessein.

On dit qu’une image vaut mieux que mille mots. La Bible démontre ce principe magnifiquement. Il est difficile de comprendre des vérités abstraites et spirituelles, alors Dieu a inspiré les 39 premiers livres de la Bible, qui sont écrits dans la langue hébraïque, à être des livres d’«illustrations». Toutes les personnes et les événements annotés dans ces livres sont historiques -ils étaient réels et physiques. Par exemple, des agneaux réels étaient offerts le jour de la Pâque. Le sang de ces agneaux a été soigneusement placé sur les poteaux à travers tout le pays d’Égypte. Des sacrifices d’animaux véritables ont été offerts dans le parvis extérieur du temple tout au long de l’année, en particulier le Jour du Grand Pardon (Yom Kippour). D’abord, le peuple élu de Dieu vivait physiquement en Égypte, puis dans le désert, après que Moïse le fit sortir d’Égypte. Finalement, ils se sont installés dans le bon pays, Israël.

Ce sont des exemples concrets et tangibles qui sont annotés dans les Écritures. Cependant, ces gens et ces événements sont beaucoup plus que des personnages historiques et des histoires ; ce sont des figures et des illustrations (i.e. « des types »), qui véhiculent une signification spirituelle. L’importance de ces types est définie particulièrement dans la deuxième moitié de la Bible, le Nouveau Testament. Alors que la première moitié, la partie hébraïque de la Bible, présente des allégories concernant de nombreuses questions spirituelles, la seconde moitié, le Nouveau Testament, contient ce que nous pourrions appeler les «légendes» qui accompagnent ces images allégoriques. Dans le Nouveau Testament, les types figurant dans la partie hébraïque de la Bible sont définis et expliqués. Il a même été dit que le Nouveau Testament est caché dans la partie hébraïque de la Bible et que la partie hébraïque de la Bible est révélée dans le Nouveau Testament. Ainsi, le Nouveau Testament remplit ce qui a été symbolisé dans la partie hébraïque de la Bible.

À ce stade, nous pouvons rectifier une idée faussement  répandue. Certains Juifs croient encore que le Nouveau Testament est une déviation religieuse commise par les croyants juifs messianiques du premier siècle. Cependant, ceci est une conception religieuse tenue par les hommes et qui ne s’accorde  pas avec  la Parole vivante de Dieu. Comment le savons-nous? Nous le savons en examinant la Bible hébraïque elle-même. Environ 600 ans av. J-C., le prophète Jérémie avait prédit une nouvelle alliance, ou Testament, qui était encore à venir :

En effet, les jours viennent, dit l’Éternel, où je ferai une nouvelle alliance avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda, non comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d’Egypte, mon alliance qu’ils ont violée, quoique je fusse leur maître, dit l’Éternel. Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël après ces jours-là, déclare l’Éternel : Je mettrai ma loi à l’intérieur d’eux et je l’écrirai sur leur cœur, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Et ils n’enseigneront plus chaque homme son voisin et chaque homme son frère, en disant : Connaissez l’Éternel ; car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au grand d’entre eux, déclare l’Éternel, car je pardonnerai leur iniquité, et de leur péché je ne me souviendrai plus (Jérémie 31.31-34, l’accentuation la mienne, 31.30-33 dans le texte hébreu).

Loin d’être une déviation des Écritures, le Nouveau Testament en fait partie ! Par ailleurs, les auteurs juifs ont écrit les 27 livres du Nouveau Testament, avec l’exception de deux. Seuls deux livres ont été écrits par un païen, Luc, un médecin.

Si le Nouveau Testament a été donc écrit par des Juifs, ne pensez-vous pas que vous devriez le lire et de découvrir ce qu’il dit ?

La loi écrite dans la pierre est visible et physique ; l’intention de Dieu est d’inscrire la loi intérieure sur nos cœurs. Après avoir reçu Sa vie (comme nous le verrons plus tard), une personne est capable de connaître Dieu subjectivement et d’être réglementée de l’intérieur. Cette connaissance subjective est en contraste à celle qui est objective, c’est-à-dire de Le connaître comme un Dieu dans les cieux et d’être réglementé de l’extérieur par une loi extérieure. La différence principale entre la période de la typologie et celle de l’âge de la réalité se caractérise par le passage de ce qui est extérieur et physique à ce qui est spirituel et intérieur. Préféreriez-vous avoir la loi d’extérieur, gravée dans la pierre, ou le Législateur à l’intérieur, inscrivant sur votre cœur Sa loi vivante, la loi de la vie ? Car il est écrit : «Vous êtes une lettre … [inscrite] non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant ; non sur des tables de pierre, mais sur des tables de cœurs de chair » (2 Cor 3.03 b, c).

Dans ce petit livret, j’ai jusqu’ici formé pour vous une fondation qui sert à expliquer le concept de typologie qui se trouve notamment dans la partie hébraïque de la Bible. Maintenant considérons quelques autres exemples de manière plus détaillée afin de voir qui répond à ces images.

Une prière suggérée :

« Seigneur, adoucis et ouvre mon cœur pendant que je lis. Au sujet de Ta Parole, touche le plus profond de mon être. Amen. »

Continuer la lecture De la tradition à la réalité – Partie 2.

Article written by

Please leave a reply

%d bloggers like this: